ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A

Ecrire pour circonscrire

Depuis des années, j'écris pour exprimer les pensées qui m'habitent et que je n'arrive pas à exprimer à mon entourage, soit par paresse, honte ou manque de temps. Depuis quelques jours, j'ai trouvé une nouvelle raison d'écrire: pour circonscrire la maladie qui me ronge, le monstre qui m'habite et qui me dévore de l'intérieur - ce lymphome informe et imprégnable par l'esprit dénué de mots. Ecrire pour circonscrire, c'est une manière de contenir le cancer et éviter qu'il ne se propage dans mes pensées - et par extension dans mes gestes du quotidien - comme il se développe dans mon corps. C'est agir par les mots et reprendre au monstre en moi l'initiative. Car celui-ci se propage depuis plusieurs mois sans que je ne puisse rien y faire. Mais maintenant que je sais qu'il est là, en moi, grouillant de son énorme monstruosité dans mes entrailles, les mots deviennent des armes et des défenses, une sorte de chimiothérapie littéraire. Je ne sais pas si mon attitude elle-même peut circonscrire ce monstre en moi et atténuer ses effets sur mon organisme, mais essayer de me battre par les paroles et les pensées me donne de l'espoir, une rage de vaincre, une rage de vivre. Les mots, ces alliés qui depuis si longtemps m'accompagnent, désormais me seront plus nécessaires que jamais.
Depuis des années, j'écris pour exprimer les pensées qui m'habitent et que je n'arrive pas à exprimer à mon entourage, soit par paresse, honte ou manque de temps. Depuis quelques jours, j'ai trouvé une nouvelle raison d'écrire: pour circonscrire la maladie qui me ronge, le monstre qui m'habite et qui me dévore de l'intérieur - ce lymphome informe et imprégnable par l'esprit dénué de mots.
Ecrire pour circonscrire, c'est une manière de contenir le cancer et éviter qu'il ne se propage dans mes pensées - et par extension dans mes gestes du quotidien - comme il se développe dans mon corps. C'est agir par les mots et reprendre au monstre en moi l'initiative. Car celui-ci se propage depuis plusieurs mois sans que je ne puisse rien y faire. Mais maintenant que je sais qu'il est là, en moi, grouillant de son énorme monstruosité dans mes entrailles, les mots deviennent des armes et des défenses, une sorte de chimiothérapie littéraire.
Je ne sais pas si mon attitude elle-même peut circonscrire ce monstre en moi et atténuer ses effets sur mon organisme, mais essayer de me battre par les paroles et les pensées me donne de l'espoir, une rage de vaincre, une rage de vivre. Les mots, ces alliés qui depuis si longtemps m'accompagnent, désormais me seront plus nécessaires que jamais.