ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
0 13 2014  

Gare à toi

A la croisée des chemins ma pensée s'arrête. Au carrefour des destins mes idées s'essayent. A la confluence des mondes ma raison s'empêtre. Au cyclone des cultures essaime ce poème. *** Gare à toi, me disent-ils tous, quand tu t'aventures dans l'antre des différences! Gare à toi, me préviennent-ils, car tu risques de t'y perdre et de t'y fourvoyer! Gare à toi! crient-ils comme des Pierres à propos du loup. Mais je me garde bien de vous écouter, car à mes yeux c'est vous qui vous êtes égarés! *** C'est par un fouillis de mots que j'approche ce lieu texturé, car ses multiples routes et ses nombreux rails emberlificotés n'ont de cesse de faire mes pensées dérailler. Les hordes d'itinérants y sont les esclaves modernes du mouvement: en ce lieu les avides voyageurs croisent les meutes d'êtres errants. Les voitures et vélos y côtoient taxis et badauds; quant aux bus et aux trams, eux s'affranchissent dé règle ke lé zautre non de cess de respecté Et pourtant, il n'y a pas de loi à cet enchevêtrement de trajectoires. Il n'y a que la chance de l'espace, le hasard du lieu, le mouvement des êtres et la fixation voulue par les dieux du capital et du marché! Un brouhaha sans foi ni loi s'échappe du tréfonds de l'allée de mes pensées. J'entends les rires et les pleures d'âmes damnées broyées par le système qui les a enfantées. Sans discontinuer, le vacarme incessant des moteurs étouffe la voix de la précarité et finalement s'impose à moi. Le bruit mécanique devient une comptine dont l'étrangeté je ne peux déchiffrer et dont la beauté je ne peux apprécier *** Dans ce lieu si séduisant qui est une île de mouvement, assidument je me perds et me plait éperdument. C'est son mélange des différences et sa base de tolérance que j'apprécie si savamment. Mais gare à moi de ne pas romancer poussivement ce lieu imbibé d'idées parfois extrêmes, car dans le cyclone des cultures, parfois le naufragé de la raison se perd!