ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
6 70 2019  

Imaginez

Fermez les yeux et imaginez votre corps et ses limites. Imaginez votre peau, sa surface et ses plis, sa sensibilité, sa souplesse. Imaginez que des milliers de gouttes de pluies tombent incessamment sur vous et caressent votre peau, chaque centimètre carré de peau, chaque recoin de votre surface de vie. Ces milliers de gouttes de pluie sont comme un grésillement haptique qui vous calme, qui vous détend, qui vous susurre des choses, vous chuchote des mots, vous couvre de bien-être, vous recouvre de quiétude. Imaginez que chaque goutte de pluie qui touche votre peau produit une note de musique, que chaque note est différente, que chaque note est plaisante, calmante, relaxante. Imaginez que ces milliers de notes forment une symphonie de sons qui se marie aux tapotements des gouttes d'eau, vous embrasse tendrement, vous entoure fermement et vous berce comme la marée berce les nuits d'été, et vous berce comme la lune berce les flots de vie. Gardez la pluie de mots et la symphonie de sons en tête, gardez les yeux bien fermés et imaginez la lune, pleine, devant vous. Imaginez-la rayonner une lumière enivrante. Imaginez la lune, pleine, se rapprocher de vous très doucement, grandir et grandir devant votre regard incessamment, croître et croître inlassablement jusqu'à englober votre corps tout entier. Vous faîtes partie de cette lumière calmante de la lune maintenant. Le centre de la lune se trouve entre vos yeux, vous le sentez comme une légère tension. Vous sentez la gravité attirante de la lune entre vos yeux qui vous recentre sur vous-même. Vous sentez la lune vous contenir. Et toujours, les gouttes de pluie massent votre peau, et toujours, la symphonie de sons rythme vos pensées, et toujours la lumière de la lune vous recouvre de chaleur, et encore et toujours vous vous sentez bien jusqu'à ne plus rien ressentir d'autre que les limites de votre corps qui se dissolvent dans la plénitude de pluie symphonique et lunaire de ces mots, de ces vers.