ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
2 40 2018vivant  

Le monde en flux

Tout est mouvement, même si tout mouvement n'est perceptible. Si on voit grand, on peut dire que le monde est un flux de mouvement: il s'écoule de manière inexorable vers une destination floue et inconnue qui n'est autre que l'infini. Si on voit plus petit, on peut voir chaque geste, même involontaire, comme un mouvement d'information, un mouvement non-linéaire, complexe et dynamique dont l'origine et la destination sont indicibles. Le monde est une chorégraphie cosmique et chaotique dont les détails nous sont perdus. Cela peut paraître saugrenu de voir un geste comme un mouvement d'information, mais si on y réfléchit, chaque mouvement humain est le résultat d'innombrables réactions chimiques et électriques dans notre cerveau et nos tissus. Ces réactions sont elles-mêmes provoquées par d'innombrables stimuli environnementaux. Les réactions physiologiques et les stimuli environnementaux sont eux-mêmes des transmissions d'informations. Gregory Bateson, l'anthropologue américain et chef de file de la philosophie cybernétique, aimait dire que l'information est la transmission d'une différence. Un monde en flux est donc un monde bariolé de différences transmises à ceux qui veulent bien les percevoir, ou qui en ont la capacité tout du moins. Dans cette vision, le mouvement n'est pas forcément aisément perçu comme physique, mais il est certainement bien réel. Ainsi, en passant d'une substance à une autre, la différence se transforme jusqu'à ne plus ressembler à son expression d'origine, rendant le lien de cause à effet dur à cerner. Quand on fait parti du fleuve chorégraphique de l'univers, savoir percevoir, interpréter et exprimer les différences est un atout considérable. L'apprentissage de la complexité est donc un prérequis pour qui veut s'insérer harmonieusement dans la danse cosmique et chaotique dont nous sommes tous les acteurs.
Tout est mouvement, même si tout mouvement n'est perceptible. Si on voit grand, on peut dire que le monde est un flux de mouvement: il s'écoule de manière inexorable vers une destination floue et inconnue qui n'est autre que l'infini. Si on voit plus petit, on peut voir chaque geste, même involontaire, comme un mouvement d'information, un mouvement non-linéaire, complexe et dynamique dont l'origine et la destination sont indicibles. Le monde est une chorégraphie cosmique et chaotique dont les détails nous sont perdus. Cela peut paraître saugrenu de voir un geste comme un mouvement d'information, mais si on y réfléchit, chaque mouvement humain est le résultat d'innombrables réactions chimiques et électriques dans notre cerveau et nos tissus. Ces réactions sont elles-mêmes provoquées par d'innombrables stimuli environnementaux. Les réactions physiologiques et les stimuli environnementaux sont eux-mêmes des transmissions d'informations. Gregory Bateson, l'anthropologue américain et chef de file de la philosophie cybernétique, aimait dire que l'information est la transmission d'une différence. Un monde en flux est donc un monde bariolé de différences transmises à ceux qui veulent bien les percevoir, ou qui en ont la capacité tout du moins. Dans cette vision, le mouvement n'est pas forcément aisément perçu comme physique, mais il est certainement bien réel. Ainsi, en passant d'une substance à une autre, la différence se transforme jusqu'à ne plus ressembler à son expression d'origine, rendant le lien de cause à effet dur à cerner. Quand on fait parti du fleuve chorégraphique de l'univers, savoir percevoir, interpréter et exprimer les différences est un atout considérable. L'apprentissage de la complexité est donc un prérequis pour qui veut s'insérer harmonieusement dans la danse cosmique et chaotique dont nous sommes tous les acteurs.