ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
3 72 2018concepts  

Le pouvoir

Il est le but de ceux d'entre nous qui ont du temps à perdre à gonfler leur égo. Le pouvoir, c'est un incendie de forêt sur un océan: une illusion qui fait mal et qui jamais ne prend fin. Le pouvoir c'est une tempête dans un bocal sans verre ni eau ni rien dedans. Niveau substance le pouvoir c'est comme le vent dans le cosmos: inexistant. Le pouvoir c'est, pour certains, les sphères extérieures de nos atmosphères sociétales: celles qui nous séparent de l'infinie grandeur du cosmos quasi-divin. Ceux qui y résident, dans le pouvoir, seraient des demi-dieux, des proto-mythes, des Zeus ou Jupiter en devenir, des Jésus en souffrance, des Serpents arc-en-ciel en attente de réaliser pleinement leur potentiel. Mais ce potentiel, dans l'esprit de la majorité d'entre nous, est négatif: le pouvoir n'appartient pas aux sphères externes; il se complait dans la vase moisie, pourrie, décomposée des abîmes de nos communautés. Les puissants sont des pantins, des poisons, des assassins de sentiments. Ou peut-être sont-ils comme les impuissants: de flacides humains dont les egos peinent à gonfler malgré leur volonté.
Il est le but de ceux d'entre nous qui ont du temps à perdre à gonfler leur égo. Le pouvoir, c'est un incendie de forêt sur un océan: une illusion qui fait mal et qui jamais ne prend fin. Le pouvoir c'est une tempête dans un bocal sans verre ni eau ni rien dedans. Niveau substance le pouvoir c'est comme le vent dans le cosmos: inexistant. Le pouvoir c'est, pour certains, les sphères extérieures de nos atmosphères sociétales: celles qui nous séparent de l'infinie grandeur du cosmos quasi-divin. Ceux qui y résident, dans le pouvoir, seraient des demi-dieux, des proto-mythes, des Zeus ou Jupiter en devenir, des Jésus en souffrance, des Serpents arc-en-ciel en attente de réaliser pleinement leur potentiel. Mais ce potentiel, dans l'esprit de la majorité d'entre nous, est négatif: le pouvoir n'appartient pas aux sphères externes; il se complait dans la vase moisie, pourrie, décomposée des abîmes de nos communautés. Les puissants sont des pantins, des poisons, des assassins de sentiments. Ou peut-être sont-ils comme les impuissants: de flacides humains dont les egos peinent à gonfler malgré leur volonté.