ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
2 70 2014idees-australiennes  

Les rives de nos êtres

Les rives de nos êtres existent en commun, de par notre mouvement côte-à-côte à travers les paysages de nos amours. Chaque trace de vie, nous discutons ensemble. Nous donnons vie et interprétation et signification aux êtres et choses qui nous entourent, ensemble. Ensemble, nous créons souvenirs et expériences. Ensemble, nous enrichissons nos vies de lignes de devenir qui rayonnent et s'emmêlent, qui résonnent et s'attèlent à former le maillage d'un futur en commun. Notre voyage aux antipodes est plus qu'un simple séjour vacancier. C'est un métonyme de notre couple, de notre amour, de nos envies, de nos rêves, de nos êtres. Ce voyage est un concentré de vie à deux. C'est réjouissant qu'il se passe bien, mais pas vraiment étonnant en fin de compte. *** Pendant des années, j'ai vécu l'Australie par proxy, par l'intermédiaire de la littérature, qui encadre et esthétise autant qu'elle colore et dessine. Voyager est d'une certaine manière assez similaire. On ne vit pas un lieu lorsqu'on voyage ; on aperçoit des facettes de ce lieu. Ce voyage me donne l'occasion de méditer sur l'impact de nos (pré)conceptions sur notre expérience d'un lieu. Nos conceptions, autant que la technologie et le langage, influencent notre façon de faire l'expérience d'une région. Il est intéressant de mettre préconceptions, technologie et langage dans la même « boîte », dans la même catégorie. Chacun de ces trois, à sa manière, façonne notre expérience. Mais chacun de ces trois est influencé par les autres. On peut même dire que chacune de ces trois entités (préconception, langage, technologie) sont mises à jour au fur et à mesure que l'on avance dans l'espace-temps. J'ajouterais même un quatrième élément au groupe de processus qui encadrent notre expérience d'un lieu: les autres personnes qui nous accompagnent. En d'autres termes, l'intersubjectivité est un élément majeur de la façon dont on appréhende ce qui nous entoure. Selon la compagnie, on n'est pas le même être. Une psychologie de groupe s'installe. Une psyché collective se met en place aux côtés d'un corps-en-binôme, ce nous permet de voir le monde différemment. La présence de Leslie à mes côtés me permet d'affirmer cela. Je lui en suis reconnaissant. La rivière de notre couple s'écoule, emportant avec elle des particules de terre que l'on visite. Par érosion, nous ramenons dans notre vie des souvenirs des lieux qu'on a appréhendés. Ces morceaux d'ici et de là formeront à leur tour les rivages de notre futur en commun.
Les rives de nos êtres existent en commun, de par notre mouvement côte-à-côte à travers les paysages de nos amours. Chaque trace de vie, nous discutons ensemble. Nous donnons vie et interprétation et signification aux êtres et choses qui nous entourent, ensemble. Ensemble, nous créons souvenirs et expériences. Ensemble, nous enrichissons nos vies de lignes de devenir qui rayonnent et s'emmêlent, qui résonnent et s'attèlent à former le maillage d'un futur en commun. Notre voyage aux antipodes est plus qu'un simple séjour vacancier. C'est un métonyme de notre couple, de notre amour, de nos envies, de nos rêves, de nos êtres. Ce voyage est un concentré de vie à deux. C'est réjouissant qu'il se passe bien, mais pas vraiment étonnant en fin de compte. *** Pendant des années, j'ai vécu l'Australie par proxy, par l'intermédiaire de la littérature, qui encadre et esthétise autant qu'elle colore et dessine. Voyager est d'une certaine manière assez similaire. On ne vit pas un lieu lorsqu'on voyage ; on aperçoit des facettes de ce lieu. Ce voyage me donne l'occasion de méditer sur l'impact de nos (pré)conceptions sur notre expérience d'un lieu. Nos conceptions, autant que la technologie et le langage, influencent notre façon de faire l'expérience d'une région. Il est intéressant de mettre préconceptions, technologie et langage dans la même « boîte », dans la même catégorie. Chacun de ces trois, à sa manière, façonne notre expérience. Mais chacun de ces trois est influencé par les autres. On peut même dire que chacune de ces trois entités (préconception, langage, technologie) sont mises à jour au fur et à mesure que l'on avance dans l'espace-temps. J'ajouterais même un quatrième élément au groupe de processus qui encadrent notre expérience d'un lieu: les autres personnes qui nous accompagnent. En d'autres termes, l'intersubjectivité est un élément majeur de la façon dont on appréhende ce qui nous entoure. Selon la compagnie, on n'est pas le même être. Une psychologie de groupe s'installe. Une psyché collective se met en place aux côtés d'un corps-en-binôme, ce nous permet de voir le monde différemment. La présence de Leslie à mes côtés me permet d'affirmer cela. Je lui en suis reconnaissant. La rivière de notre couple s'écoule, emportant avec elle des particules de terre que l'on visite. Par érosion, nous ramenons dans notre vie des souvenirs des lieux qu'on a appréhendés. Ces morceaux d'ici et de là formeront à leur tour les rivages de notre futur en commun.