ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
8 10 2013iles-et-vallees  

Noeud de nous

Comment tracer les contours D'un phénomène sans limite? Comment emprisonner En une cage de mots Les émotions qui me font? Comment être humble Lorsque l'on s'écrit? A chaque instant Je risque la caricature D'un égocentrisme Exacerbé par le langage. Et pourtant je m'attèle A me dessiner, A me décider, Sans réduction, Et me résigne A ne pouvoir M'exprimer Sans appréhension. Je ressens l'espace Avec mes mains, Tâtonnant dans les ténèbres. Chaque pas est hésitant, Je risque la collision. Je ne pense plus en mots Ni en images Mais en mouvements, Que c'est bon! Je suis éveillé dans le noir, Où les contours de mon être Ne sont plus. Je suis libéré de la lumière Et de sa fonction Dissociante. Je me dissous, m'évapore, Me confonds avec ce monde Qui me suit et m'entoure. Je parle à la première personne, Je suis singulier, Mais je vis au pluriel, En une conjonction De gestes et de discours, De verbes et d'amours, De lettres et détours. Je rêve que je suis Un amas de traces Gravées dans vos vies. Je défie la mort Et la distance, La nuit et l'indolence, En jouissant de l'intersubjectivité Qui nous relie. Et le poids du présent Et du là M'étire Et me noue En un nœud De nous.
Comment tracer les contours D'un phénomène sans limite? Comment emprisonner En une cage de mots Les émotions qui me font? Comment être humble Lorsque l'on s'écrit? A chaque instant Je risque la caricature D'un égocentrisme Exacerbé par le langage. Et pourtant je m'attèle A me dessiner, A me décider, Sans réduction, Et me résigne A ne pouvoir M'exprimer Sans appréhension. Je ressens l'espace Avec mes mains, Tâtonnant dans les ténèbres. Chaque pas est hésitant, Je risque la collision. Je ne pense plus en mots Ni en images Mais en mouvements, Que c'est bon! Je suis éveillé dans le noir, Où les contours de mon être Ne sont plus. Je suis libéré de la lumière Et de sa fonction Dissociante. Je me dissous, m'évapore, Me confonds avec ce monde Qui me suit et m'entoure. Je parle à la première personne, Je suis singulier, Mais je vis au pluriel, En une conjonction De gestes et de discours, De verbes et d'amours, De lettres et détours. Je rêve que je suis Un amas de traces Gravées dans vos vies. Je défie la mort Et la distance, La nuit et l'indolence, En jouissant de l'intersubjectivité Qui nous relie. Et le poids du présent Et du là M'étire Et me noue En un nœud De nous.