ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
7 62 2018bris-de-mots  

Pollens

La nature me chuchote à longueur de journée des contes d'ici et d'ailleurs: elle me permet de voyager. Les arbres voyagent avec moi en relâchant à chaque saccade de brise des fractions d'eux-mêmes, jusqu'à atteindre l'ubiquité d'un dieu. Les voitures crachent des pollens mécaniques et perturbent mon dialogue avec les airs alentours. J'en oublierais presque que rien n'est nature, que tout est perçu par les filtres du soi. Alors comment puis-je m'extirper de cette friture aurale qui perturbe mes flots de paroles? Dois-je seulement le faire? Ne serait-il pas plus sage de se laisser porter par le vent, et de faire des pollens mes compagnons de voyage? Des fois, quand mes poumons brûlent et que mes yeux grattent, je me sens la destination malheureuse d'une fratrie végétale en vadrouille dans mes bronches jusqu'à me les faire cracher. Dans ces moments de souffrance infligée par les cieux, je pleure des larmes de honte que je cache au plus profonds de mes poumons.
La nature me chuchote à longueur de journée des contes d'ici et d'ailleurs: elle me permet de voyager. Les arbres voyagent avec moi en relâchant à chaque saccade de brise des fractions d'eux-mêmes, jusqu'à atteindre l'ubiquité d'un dieu. Les voitures crachent des pollens mécaniques et perturbent mon dialogue avec les airs alentours.
J'en oublierais presque que rien n'est nature, que tout est perçu par les filtres du soi. Alors comment puis-je m'extirper de cette friture aurale qui perturbe mes flots de paroles? Dois-je seulement le faire? Ne serait-il pas plus sage de se laisser porter par le vent, et de faire des pollens mes compagnons de voyage?
Des fois, quand mes poumons brûlent et que mes yeux grattent, je me sens la destination malheureuse d'une fratrie végétale en vadrouille dans mes bronches jusqu'à me les faire cracher. Dans ces moments de souffrance infligée par les cieux, je pleure des larmes de honte que je cache au plus profonds de mes poumons.