ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
6 40 2018vivant  

Vivre avec le courant

Parfois, on sent qu'on vit contre le courant, et non avec. On se bat pour garder la tête hors de l'eau. On s'épuise à ne pas dépasser le point de non-retour. C'est comme si tout se liguait contre nous, comme si chaque événement de notre univers exerçait une pression contre notre bien-être jusqu'à nous étouffer de son poids. La vie est ainsi, et parfois elle nous résiste, ou peut-être que c'est nous qui lui résistons. Il est important, dans certaines circonstances où la vie semble nous étouffer, de parvenir à renverser notre interprétation des choses. Peut-être n'est-ce pas la vie qui est le problème, mais le soi. Ainsi, lorsque tout semble se liguer contre nous, il faudrait pouvoir lâcher prise et cesser de naviguer à contre-courant, car on risque de se noyer, pour au contraire soit se laisser dériver quelque temps et voir ou ça nous mène, soit nager en diagonale jusqu'à atteindre la sécurité de la rive. Plus facile à dire qu'à faire, mais c'est à méditer. L'important reste de ne pas voir la vie comme une téléologie, c'est à dire comme un processus ayant une fin, un but qui serait prédéfini et inéluctable. On peut toujours décider de nager avec le courant... Ne l'oublions pas!
Parfois, on sent qu'on vit contre le courant, et non avec. On se bat pour garder la tête hors de l'eau. On s'épuise à ne pas dépasser le point de non-retour. C'est comme si tout se liguait contre nous, comme si chaque événement de notre univers exerçait une pression contre notre bien-être jusqu'à nous étouffer de son poids. La vie est ainsi, et parfois elle nous résiste, ou peut-être que c'est nous qui lui résistons. Il est important, dans certaines circonstances où la vie semble nous étouffer, de parvenir à renverser notre interprétation des choses. Peut-être n'est-ce pas la vie qui est le problème, mais le soi. Ainsi, lorsque tout semble se liguer contre nous, il faudrait pouvoir lâcher prise et cesser de naviguer à contre-courant, car on risque de se noyer, pour au contraire soit se laisser dériver quelque temps et voir ou ça nous mène, soit nager en diagonale jusqu'à atteindre la sécurité de la rive. Plus facile à dire qu'à faire, mais c'est à méditer. L'important reste de ne pas voir la vie comme une téléologie, c'est à dire comme un processus ayant une fin, un but qui serait prédéfini et inéluctable. On peut toujours décider de nager avec le courant... Ne l'oublions pas!