ArnaudBarras.ch ArnaudBarras.ch

ArnaudBarras.ch

Critical, creative and digital writingEcriture critique, créative et numérique

 ? 𝞪/A
5 11 2016  

Les médias d'information et les biais de confirmation

La prison de l'information au 21e siècle

Au 21e siècle, nous vivons dans des sociétés où l'accès à l'information est continu et nomade: nous pouvons accéder aux médias de masse quasiment partout et tout le temps. Cette facilité d'accès et cette portabilité sont à double-tranchant, car d'une certaine manière nous sommes aussi prisonniers de l'information. Il devient ainsi très difficile de s'isoler du monde des médias, tant celui-ci est omniprésent autour de nous. En soi, l'ubiquité de l'information n'est pas négative. Elle pose cependant des problèmes lorsque l'information n'est pas reçue par un esprit critique. Nous verrons pourquoi.

La participation et la sélection par la popularité

Une autre caractéristique du paysage médiatique du 21e siècle est son aspect participatif. Ainsi, les réseaux sociaux, tel Facebook, qui sont en train de devenir les principaux vecteurs de l'information journalistique, n'ont de filtre que la popularité d'un article. Il est en effet établi que les réseaux sociaux ne sélectionnent pas les informations en fonction de l'objectivité, véracité, moralité, légalité, précision ou utilité de ces dernières, mais bien en fonction de leur capacité à drainer les clics. Les réseaux sociaux n'échappent pas à l'économie de marché et au besoin de générer du profit. En d'autres termes, plus un article est lu et partagé, plus il deviendra visible, et donc sera encore plus lu et partagé, un peu comme un effet boule-de-neige. Et plus un article est lu et partagé, plus il rapporte d'argent à son auteur grâce à la publicité. La sélection par la popularité est clairement un problème; elle a des conséquences dramatiques pour la transmission d'information, car non seulement elle crée une homogénisation de l'information, mais en plus elle renforce les préjugés des lecteurs. Je m'explique.

L'homogénisation de l'information

La première conséquence néfaste de la sélection par la popularité opérée par les réseaux sociaux est l'homogénisation de l'information. Dans des démocraties saines, des points de vue contradictoires sont en constant débat. A travers ces conversations, le public a l'occasion de se faire une opinion éclairée sur un sujet. Le temps de parole de chacun est respecté; la parole dissonante est tolérée; les points de vue minoritaires sont exprimés. La diversité de l'information est donc une valeur fondamentale des démocraties, et la pluralité des médias et des partis politiques en est garante. Ainsi, en Suisse par exemple, Le Temps n'as pas la même ligne éditoriale que Le Courrier, tout comme le Parti Libéral n'as pas la même ligne politique que le Parti Socialiste. Mais avec l'homogénisation de l'information produite par les réseaux sociaux, ce n'est pas la diversité des points de vue qui est mise en avant, mais l'attractivité de l'information. Ce n'est pas la pertinence, mais le spectaculaire qui est privilégié. La sélection n'est plus faite avec un esprit critique, mais avec une volonté d'arrondir les angles, d'aplanir les asphérités afin de générer le maximum de clics, et donc de revenus publicitaires.

Le ciblage du lecteur et le renforcement des préjugés

L'homogénisation de l'information va de pair avec le renforcement des préjugés. Ainsi, les réseaux sociaux vont cibler les lecteurs et leur offrir des liens vers des articles que les lecteurs vont être le plus enclin à visiter. Ainsi, afin de s'assurer que les lecteurs cliquent, les réseaux sociaux vont leur donner des informations qui plaisent à chaque lecteur individuellement. Ce ciblage est une plaie pour la pluralité de l'information, car il ne va faire que renforcer les préjugés des lecteurs au lieu de les stimuler intellectuellement à se faire une opinion éclairée en recoupant des points de vue opposés. Ce ciblage va augmenter un processus qui est déjà connu: le biais de confirmation. Le biais de confirmation décrit la façon dont un individu va avoir tendance à favoriser les opinions qui renforcent son idéologie et délaisser les opinions qui vont à son encontre. Ainsi, de manière générale on retient plus facilement les informations qui confirment nos intuitions. Alors si en plus, avant même que notre biais de confirmation puisse faire effet, l'information a préalablement été homogénisée et sélectionnée pour nous plaire afin qu'on consomme de la publicité, ce biais de confirmation n'en sera que plus grand. L'effet boule-de-neige en sera mutiplié.

Pour une information plurielle

La grande angoisse au 21e siècle est que la sélection par la popularité, l'homogénisation des informations et le ciblage pour le profit créent une société d'ignares et de bigots. Il faut le dire clairement: plus on est confronté à des points de vue différents, plus on devient tolérant de l'Autre. En réduisant l'éventail des informations à celles qui vont inciter à cliquer, et donc à consommer, on ne peut que bâtir une société totalitaire et injuste. Afin de garantir la pérennité de nos sociétés du 21e siècle, l'éducation à la complexité du monde et à la tolérance des différences est cruciale!